Ptitesgrainesdebonheur

Chronique d’un Parent (Presque) Parfait : les vacances.

Youpi, c’est les vacances !!!

Une période que l’on attend toute l’année, on se projette, on organise, on réserve, on planifie, on imagine le bonheur à venir… Bref, on idéalise ces quelques jours ou semaines hors de la vie professionnelle. Mais, depuis quelques années, j’ai des enfants, qui sont aussi en vacances, et cela change tout!

 

Je suis un Parent (Presque) Parfait.

Maman de deux fillettes, je fais de mon mieux chaque jour

pour survivre auprès d’elles sereinement.

—————-

« les vacances … avec les enfants »

voici le TOP 5 des idées reçues.

 

IDEE RECUE N°1 : Cette année, on part léger.

En réalité, à voir tous les bagages préparés, on se demande comment tout va rentrer dans la voiture, et même si tout va rentrer dans la voiture! Des habits, pour toute la famille, pour tous les temps, malgré une vérification compulsive de la météo du lieu de vacances depuis une semaine. Des jouets, livres, peluches car il ne faut pas que Bébé s’ennuie. Ne pas oublier l’équipement de Bébé (lit parapluie, matelas, turbulette, réhausseur, transat, poussette…). Sachez que plus l’enfant est petit, plus ses valises sont chargées. Alors, on se met à jouer à Tetris pour empiler de façon optimale tous les bagages et on squatte tant bien que mal la banquette arrière.

une solution? Réduire.

> Il est important de vérifier l’équipement présent sur place, ce qui évite d’emporter des objets en double (chaise haute, baignoire bébé, lit enfant). Les propriétaires peuvent vous fournir, selon les lieux, du matériel de puériculture.

> Vous pouvez utiliser des petits flacons, vendus en magasins, pour emporter les doses justes de gel lavant et non la méga bouteille. Profitez aussi des échantillons donnés en pharmacie : des mini-doses d’eau nettoyante ou de champooing bien pratiques pour prendre moins de place dans la trousse de toilette.

> En vacances, l’enfant n’a pas besoin de tonnes de jouets. Il sera ravi de découvrir peut-être des jouets à disposition sur le lieu de location, ou jouera pendant des heures sur la plage avec un seau et une pelle. Vous pouvez emporter par exemple ses 2 livres et 2 jouets préférés, si possible les moins volumineux (« le maxi-garage restera à la maison »).

 

IDEE RECUE N°2 : On est tous ravis de partir en vacances.

En réalité, le trajet est bien souvent long. Avion, train ou voiture, les parents doivent s’armer de patience devant des enfants impatients « C’est quand qu’on arrive? J’ai envie de faire pipi. Il fait que de m’embêter! J’ai faim, soif… ». Papa conduit et aimerait pouvoir le faire en concentration. Maman passe son temps à se retourner sur son siège pour ramasser le doudou tombé ou expliquer que le livre demandé est dans la valise bien au fond du coffre.

une solution? An-ti-ci-per.

> Afin que les trajets se passent au mieux, prévoir un petit sac à portée de main pour chaque enfant. Y glisser son doudou, ses petits jouets ou livres préférés. Vous pourrez y glisser une petite surprise qui les occupera sûrement un moment : petit jouet inconnu, nouveau magazine ou CD.

> Si possible, attachez les jouets (peluches, poupées, petites voitures) au siège de l’enfant avec une ficelle. Il n’aura plus qu’à tirer sur la ficelle pour les récupérer s’ils tombent.

> Ayez aussi à votre disposition une bouteille d’eau et un petit goûter. Selon le trafic routier, il ne vous sera pas toujours possible de vous arrêter à l’heure du goûter et un enfant en hypoglycémie sera plus sujet au mal de coeur.

> Prévoyez enfin des petits jeux à faire pendant le trajet. Un bon remède contre l’ennui : les imagiers à regarder, les chansons, observer le paysage ou les voitures…

 

IDEE RECUE N°3 : Elle est vraiment chouette cette location.

En réalité, la maison de vacances (ou le mobil-home, ou la tente), aussi accueillante et propre soit-elle est un lieu nouveau pour l’enfant. Il n’y a plus ses repères, son odeur familière, son lit rassurant. L’enfant peut s’y sentir un peu « perdu » les premiers jours et avoir un comportement inhabituel : il refuse d’aller se coucher, il fait des cauchemars, il teste les limites… Finalement, il va chercher à susciter chez ses parents des réactions qu’il connait : calins rassurants, règles et punitions « comme à la maison ». Au moins, ça, ça ne change pas.

une solution? Rassurer.

> Ces changements de repères ne sont pas toujours vécus de façon agréable pour les enfants qui préfèrent bien souvent être casaniers. Il sera donc important d’apporter une souplesse dans les rythmes (heure du déjeuner ou du coucher par exemple) mais de façon progressive et ponctuelle.

> Bien expliquer à l’enfant ce que représente cette notion de « vacances » pour vous, ce que vous attendez de lui : oui il peut se coucher un peu plus tard mais il s’endort sans difficulté / oui on peut manger ce déjeuner avec les doigts mais on reste ensemble à table…

> Penser aussi à maintenir les petits rituels de la maison : réveil-petit déjeuner-s’habiller ou histoire-calin-dodo. Il y a sûrement une petite place pour quelques objets rassurants apportés de la maison : doudou (obligatoire), veilleuse (peut aider), Thermomix (facultatif).

 

IDEE RECUE N°4 : Je ne m’occupe pas de la vaisselle.

En réalité, il n’y a pas de lave-vaisselle sur place. Oups, je n’avais pas pris ce détail en compte. Faisons les comptes : 4 repas par jour pour 4 personnes pendant 1 semaine donc je devrais laver à la main au minimum : entre 7 et 28 biberons, 14 bols, 22 petites assiettes, 34 grandes assiettes, 56 fourchettes, 84 couteaux, 112 cuillères, et plus de 120 verres! Déprimant, vu comme ça.

une solution? Tester la « pleine conscience ».

> Disons que je programme de faire la vaisselle deux fois par jour, pendant 15 minutes. J’ai donc à ma disposition au moins 30 minutes de détente en pleine conscience par jour de vacances. Sympa, non?

> Etre à l’écoute de toutes ses sensations pendant que l’on fait la vaisselle rend ce moment très agréable et ressourçant. Je touche et je ressens : les objets (durs, froids, glissants…), l’eau (chaude ou tiède, à quelle pression…), l’éponge (matière, malléabilité, absorption de l’eau…), la mousse. Je sens l’odeur du produit. J’écoute l’eau qui coule et qui fait des sons différents selon ce qui est dessous le jet, le bruit de la vaisselle prise dans l’évier, posée sur l’égouttoir. Je vois les traces de nourriture disparaître, mes mains mouillées, la mousse qui se forme. Je peux aussi regarder par la fenêtre : le ciel, le jardin, les arbres, le vent, les enfants qui jouent.

Une méthode à tester sans limites, à tous les moments de la journée et notamment ceux qui nous pèsent le plus (les tâches ménagères par exemple).

> Sinon, vous pouvez aller au restaurant… quoique l’un n’empêche pas l’autre.

 

IDEE RECUE N°5 : Je vais faire des grasses matinées.

En réalité, comme j’emmène mes enfants en vacances, le rythme de l’année se poursuit. Eh oui, mes enfants ne sont pas des « lève-tard ». Donc, quand je vois 8h au réveil, j’en suis ravie. Sauf qu’en vacances, je me couche aussi plus tard donc au final c’est du sommeil en moins à cette période…

une solution? S’autoriser.

> S’autoriser à faire des siestes. Les enfants sont couchés ou calmes en début d’après-midi, profitez-en pour vous poser. Un hamac dans un jardin, sur une serviette au bord de mer, dans un transat sur une terrasse, ou dans la pénombre d’une chambre, trouvez votre endroit idéal. Avec un livre, en écoutant de la musique, en pratiquant la méditation en pleine conscience, vous pourrez bénéficier d’un moment de bien-être en reposant tête et corps.

> S’autoriser à planifier les levers du matin. Avec votre conjoint(e), l’idée est de vous lever chacun(e) votre tour. Celui qui se lève s’occupe des enfants. Comme ça, vous aurez droit à une grasse mat’ un jour sur deux.

—————-

Sans forcément partir, loin, longtemps, le temps des vacances doit pouvoir vous être profitable et ressourçant, avec ou sans enfants. Gardez en tête :

PROFITER des bons moments en famille et entre amis,

VIVRE pleinement l’instant présent,

CREER des souvenirs,

RESPIRER le bonheur.

Et pour vous, les vacances, ça se passe comment ?

 

—————-

Toute ressemblance avec des personnes ou des faits existants n’est pas fortuite. Les situations de ce récit ne sont pas fictives. Rassurez-vous, cela ne se passe pas que chez vous…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *